Le don de Dieu à notre temps : la Miséricorde Divine


Pour comprendre la Miséricorde Divine de Dieu dans la vie de l’Homme, il faut  jeter un regard sur cette Apôtre de la Divine Miséricorde, Sainte Faustine, qui est donnée aujourd’hui au monde par l’Église, grâce à l’attention particulière du bien-aimé Pape Jean-Paul II.

Dieu se révèle à l’Homme comme Amour : « Dieu est amour » (1 Jn 4,8), ainsi qui n’aime point ne connaît pas Dieu. Dans l’Ancien Testament, Dieu a manifesté sans cesse sa proximité avec l’humanité malgré toutes ses infidélités. De plus, il nous a envoyé son Fils Bien-aimé, mort et ressuscité, afin que plus rien ne nous sépare de son Amour. Le Seigneur dans sa bonté ne s’est pas arrêté là, car à travers les siècles il a continué à manifester sa proximité de l’Homme par les saints et saintes qu’il a donné à son Église, ainsi qu’à travers les différentes apparitions que l’Église a connues et continuera à connaître.

Chaque apparition ou dévotion proposée par le ciel à l’humanité est accompagnée d’un message clair, concourant à mener l’Homme à Dieu. Il a choisi dans notre ère une jeune fille qu’il a interpellée au cours d’une danse et a touché son cœur. Il l’a séduite et l’a conduite dans un couvent pour la préparer à une grande mission. Cette jeune fille, Sr Faustine a fait confiance à l’invisible et a affronté toutes les oppositions et les obstacles de son époque afin de réaliser la volonté de Dieu. On se rend compte que la « Confiance » qui l’habitait était déjà ce à quoi Dieu la préparait afin que le monde en soit imprégné. Toutes les portes humaines lui ont été fermées, mais elle n’a pas désespérée parce que l’Amour et la Confiance en Dieu étaient plus forts que tout pour elle. N’est-ce pas un exemple d’abandon et de confiance qui nous est donné aujourd’hui ? Sainte Faustine a connu l’obscurité de la Foi durant ses premiers jours au couvent, mais son âme est entrée en relation avec Dieu, dans une intimité profonde comme celle d’une Mère et de son enfant, comme le fils prodigue bien-aimé dans les bras du Père. Le Christ s’est manifesté à son Apôtre à plusieurs reprises comme « Miséricordieux » et lui a recommandé de faire propager la dévotion à la Miséricorde Divine dans tout le monde-entier. Autrefois le Père a envoyé les prophètes dans le monde avec la foudre, or aujourd’hui il nous envoi  dans le monde avec sa Miséricorde Divine. La contemplation de cette vérité et l’accomplissement de la Miséricorde nous incitent à progresser dans la confiance vers notre Dieu et à l’accomplissement de la Miséricorde envers notre prochain.

Cette attention particulière du Christ pour l’humanité reflète sa bonté et son Amour pour le genre humain. Sur la croix, le Christ a poussé un cri de soif, une soif de l’humanité. Il n’a point cessé de réitérer cette soif à travers les siècles et plus encore en notre temps, où le monde d’aujourd’hui comme un bateau vogue sur une mer agitée. Le Christ à travers son invitation à lui faire confiance veut que nous osions notre vie avec Lui. Il veut que nous osions l’avenir avec Lui. Il veut que l’humanité mise sur Lui et non sur des choses matérielles. C’est une grâce immense que l’Église donne à l’humanité de célébrer le Miséricorde Divine le second dimanche de Pâques, puisque dans la mouvance de la résurrection, le Christ apporte sa lumière au monde. Cette lumière qui ne s’éteindra jamais dans le cœur de l’Homme est transmise dans le monde-entier par des actes et la prière.

Sainte Faustine nous aide à découvrir la bonté du Père à travers des actes concrets : l’Image de la Divine Miséricorde[1], le Dimanche de la Divine Miséricorde[2], le Chapelet de la Divine Miséricorde, l’Heure de la Divine Miséricorde[3] et la propagation de Divine Miséricorde au monde. C’est à travers ses actes pieux que l’Homme qui traverse des difficultés matérielles et spirituelles est conduit jusqu’au Christ. Dans les tourments de la misère humaine, le Christ ne peut rester insensible parce qu’il est plein de bonté et d’Amour.

L’Homme avec toutes ses misères est ainsi invité à se placer devant le Christ et à lui dire « Jésus j’ai confiance en Toi ». Plongé dans cette confiance, il ressentira alors le besoin de passer par le feu de la purification, le sacrement de la réconciliation, pour goutter la Miséricorde du Père et la transmettre au monde. En effet, le Christ donne sa Miséricorde au monde afin que celle-ci soit portée à tous. Ce n’est donc pas un acte individuel, mais un acte communautaire, qui ouvre à l’autre et invite à mettre en mouvement. C’est pourquoi après avoir communier aux saint mystères durant l’Eucharistie par exemple, l’Homme est invité à aller porter au monde la Miséricorde reçue et lui annoncer qu’il en a tant besoin. Oui ! Le monde a tant besoin d’Amour et de tendresse de Dieu.

Il n’y a pas de situations sans issus tant que l’on peut dire « Jésus, j’ai Confiance en Toi », c’est pourquoi le Pape Jean-Paul II qualifiait la Miséricorde Divine de « Don de Dieu à notre temps ». Don gratuit que nous devons saisir et transmettre au monde par des actes, des paroles et la prière. Don qui n’est refusé à personne, plus particulièrement aux souffrants, aux malades, à toutes les personnes désespérées et à tout chrétiens qui fait confiance à la bonté de Dieu.

Après la neuvaine à la Divine Miséricorde, du vendredi saint au samedi de Pâques, le Chrétien est préparé spirituellement à recevoir des grâces particulières que le Christ à promis à l’humanité par son apôtre, Sr Faustine. Dans un monde bouleversé par de nombreux changements et la mise à l’écart de Dieu, où l’Homme recherche un sens à son existence, « l’Amour seul a un sens, il donne à nos plus petites actions les dimensions de l’infini[4] ».

La Vierge de Tendresse ne cesse de manifester sa bonté maternelle à l’humanité à qui elle redit sans cesse ces paroles adressées aux serviteurs à Cana : « Faites tout ce qu’il vous dira » (Jn 2,5). Dans divers lieux du monde où Notre Dame est priée, la Miséricorde de Dieu est invoquée par son intercession, car elle est cette Mère dont-on n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à ses soufrages aient été abandonnés. « Au Lourde polonais de Czestochowa, troisième sanctuaire marial au monde qu’on ne peut ignorer quand on marche sur les pas de l’apôtre de la Miséricorde Divine, l’Église chante à la terre entière la miséricorde de Marie refuge des pécheurs, et exalte sa maternité divine où le cours impétueux du fleuve marial réjouis la cité de Dieu[5]».

« Si le pécheur quitte sa voix pour retourner vers moi » a dit le Seigneur, « Je ne me souviendrai plus de ses fautes parce que je suis plein de bonté pour pardonner ». Ayons donc confiance en la Miséricorde Divine, en Jésus qui nous propose de mettre notre confiance en Lui, et non en des personnes ou dans des idéologies qui ne cesseront de nous décevoir. Allons à la source puiser la miséricorde, non seulement pour nous, mais aussi pour nos proches, pour nos ennemis, pour le monde. Allons à Jésus, il est là dans le sacrement de son Amour, il est là celui qui nous aime tant, il nous attend nuit et jour, il est là, les bras ouvert et te dis « J’ai soif de Toi, viens à Moi, car le suis plein de miséricorde ».

© Léandre Syrieix.

 
[1] Conformément à la recommandation du Christ lui-même à Sainte Faustine dans l’une de ses visions
[2] Deuxième dimanche après celui de Pâques.
[3] En mémoire de « None », c’est-à-dire 15h, heure à laquelle le Christ rendit l’Esprit, sauvant ainsi l’humanité. À ce moment, on glorifie là où on est le cœur de Jésus au moment de sa passion.
[4] Sr Faustine
[5] KTO TV, Soeur Faustine, apôtre de la Miséricorde Divine, Paris, 2012, 52 min.

(497)

2,113 total views, 1 views today


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*