Crise ou accalmie de la trentaine ?


photo 2Il est de coutume en occident de célébrer ou de marquer chaque décennie de sa vie, car c’est un passage, c’est une étape marquante de la vie. La trentaine est habituellement vécue de manière particulière, soit comme une crise accompagnée de stress, parfois de dépression, d’appréhension, etc., soit dans la fête et la célébration en présence des proches et autres. Ce cas de figure cache très souvent un dénie, un refus de voir la réalité telle qu’elle se présente.

On entend souvent dire qu’à trente ans on est encore jeune, ce qui est très vrai ! Mais dans la plupart du temps, on omet de remarquer qu’on n’a plus la vingtaine. On est certes jeune, mais il y a des transformations qui s’opèrent au niveau physique et psychologique. Et du point de vue psychologique, on observe divers cas de figure en fonction des individus et de leur histoire de vie.

Une grande majorité des personnes prépare la trentaine de manière festive, car c’est l’occasion de marquer un tournant, une autre étape de la vie. Beaucoup acquièrent la maturité, d’autres s’engagent dans une vie à deux, fondent une famille, d’autres encore connaissent des changements au niveau professionnel, social, etc. Bref, c’est une période de la vie qui n’est pas comme les autres. À l’opposé, quelques-uns connaissent de véritables crises identitaires, réalisent que le temps passe à grande vitesse, appréhendent les responsabilités, constatent que divers changements surviennent dans leur vie, et c’est la catastrophe.

Dans ces deux cas de figure, c’est la crise ! En effet, ceux qui la vivent uniquement dans un esprit festif et les préoccupations plutôt professionnelles, familiales et autres, vivent une crise profonde et recherchent à se conformer au système social, aux mœurs, aux habitudes, etc. De même, ceux qui traversent une véritable crise n’osent pas affronter la vie et trainent avec eux soit des blessures ou déceptions passées, soit n’entreprennent pas croire aux autres possibilités que la vie leur offre.

Il existe une manière de vivre l’étape de la trentaine, c’est la manière chrétienne. Cela est vrai tant pour la trentaine que pour toutes les autres étapes de la vie (cinquantaine, soixantaine, etc.). Vivre les passages de la vie comme chrétien, c’est s’arrêter au seuil du passage et faire un bilan. C’est relire son histoire de vie, c’est y relever les moments positifs et les savourer. C’est rendre grâce à Dieu pour ses bienfaits et réaliser tout le chemin que l’on a entrepris. C’est venir à Dieu lui manifester notre gratitude et notre reconnaissance pour toutes les merveilles qu’il a accomplies dans notre vie à l’exemple du seul lépreux parmi les dix qui, guéris par le Christ, « revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix » (Lc 17, 11-19). Ne soyons donc pas de ceux-là qui pensent uniquement faire la fête à chaque passage de leur vie sans le vivre de manière chrétienne, sans faire de relecture spirituelle chrétienne, sans chercher les traces de la présence de Dieu dans leur vie, sans gratitude, à l’exemple des neuf autres lépreux.

Vivre les passages de la vie comme chrétien c’est également accepter que tout n’ait pas toujours été facile, et noter les moins bons moments de sa vie. C’est les présenter avec confiance au Christ en même temps que des résolutions pour l’étape de vie qui commence. C’est regarder sa vie globale comme une expérience de vie spirituelle et chrétienne.

Vivre les passages de la vie de la sorte, c’est savourer chaque étape et instant de sa vie de baptisé, c’est marcher en présence du Christ et de l’Esprit-Saint sous le regard du Père. C’est vivre l’accalmie totale en se sachant accompagné par le Christ sur les chemins de la vie, en sachant que l’on n’est pas seul à cheminer et qu’on est porté par d’autres, des frères et sœurs, par la communion des saints.

Passer l’étape de la trentaine, c’est en quelque sorte traverser la saison d’automne. Après toute l’enfance et l’adolescence que représente l’été, la trentaine représente l’âge adulte, la période marquée par diverses métamorphoses. Comme les changements de couleur qui surviennent durant l’automne, des changements se produisent dans la vie de la personne qui atteint la trentaine. Elle doit accueillir cette saison comme un passage et non comme un état permanent dans sa vie. Soit elle accepte de se laisser émerveiller et entre en extase face aux spectacles de couleurs que lui offre la nature durant cette saison, soit elle plonge dans le dénie de la réalité, ne profitant pas, et se laissant surprendre par l’hiver rude et long.

Lorsque l’automne arrive, on voit varier les couleurs. Cependant, tout ne change pas d’un seul coup, car il y a encore beaucoup de verdure, il y a l’apparition du rouge, du jaune, de l’orange, etc., et c’est progressivement que le vert laisse place aux autres couleurs, que les couleurs disparaissent avec la chute des feuilles due au vent, à la pluie et à d’autres facteurs. L’hiver s’installe alors graduellement et toute la végétation perd son feuillage. Il en est de même pour l’humain qui passe à la trentaine. Des modifications s’opèrent dans sa vie, les épreuves de la vie, l’âge, etc., comme des intempéries viennent faire tomber son feuillage, son aspect physique, ses habitudes, ses acquis, etc. Pendant l’hiver, la vieillesse, la vie continue en l’homme, tout se déroule comme à l’intérieur d’un érable. Les feuilles sont toutes tombées à la fin de l’automne, l’hiver s’est installé, mais l’érable continue à vivre et produit beaucoup d’eau qui sert à faire du sirop, c’est l’image de l’homme et de la femme qui, en baptisés, décident de vivre toutes les étapes de leur vie dans l’accalmie.

Le chrétien qui profite de l’automne de sa vie voit arriver tranquillement l’hiver, la vieillesse. Il est témoin de ce mystère qu’offre la nature à travers son spectacle. Et lorsque l’hiver est arrivé, usant de sa philosophie de vie chrétienne, il le vit pleinement dans l’espérance de la vie qui va resurgir au printemps qui est la Pâques du chrétien, le printemps de Dieu, la vie nouvelle, la vie qui nous attend dans l’au-delà, la vie bienheureuse en présence de la Sainte Trinité.

© Léandre Syrieix.

(686)

1,720 total views, 1 views today


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*