Contact Us

Tu m’étonnes Seigneur.


Sgr Tu metonnesTu m’étonnes Seigneur par ta révélation à travers les Écritures. Toi le Verbe, tu ne t’es point incarné d’un seul coup sans raison selon ton bon vouloir, sans qu’il n’y ait eu une annonce ni une préparation. Tu as été jadis annoncé par les prophètes, par la prédication de Jean-Baptiste. Tu n’es pas n’importe qui, car tu n’es pas venu de nulle part, tu es le Verbe de Dieu incarné, le Logos, le Verbe de Dieu qui s’est abrégé.

Tu m’étonnes Seigneur par ce que tu enseignes et tu guéris. Tu effectues de multiples guérisons dès le début et tout au long de ton ministère public, car tu as une autorité qui vient de Dieu, et toute personne qui croit en toi, quelle que soit sa maladie, le mal dont elle souffre, elle est guérie.

Tu m’étonnes Seigneur à cause de la profusion de tes miracles, parce que tu te laisses déranger, puisque tu veux que les hommes et les femmes qui te côtoient aient la foi. Tu m’étonnes donc Seigneur parce que tu enseignes, tu guéris pour que l’on croie en Dieu le Père qui t’a envoyé. Tu nous dis : « N’ayez pas peur… Ayez confiance… » Je suis donc étonné Seigneur par cette multitude de miracles, de guérisons, de résurrection, par ta marche sur les eaux, par ta multiplication des pains, par ces faits extraordinaires que tu réalises, par la puissance et le mystère de ta personne et de ta pédagogie.

Tu m’étonnes Seigneur par le déplacement que tu effectues à l’extérieur de la Galilée, vers des peuples non-croyants, vers des non-juifs, etc. Je suis étonné comme tu te donnes à tout le monde et non pas seulement à un peuple en particulier ni à une certaine catégorie. Je suis étonné par les effets du mystère de ta révélation comme Verbe incarné réalisé en l’homme, plus particulièrement en l’Apôtre Pierre. Je suis étonné par sa profession de foi, par l’enracinement dans son cœur, et dans le cœur de toute personne croyante de ce don du Père. Je suis étonné une fois de plus par ta pédagogie, car en Pierre il se réalise une profession de foi, et suite à ce passage, à cette étape, tu annonces ta passion, tu annonces le salut, tu annonces l’eschatologie.

Tu m’étonnes Seigneur par ta transfiguration, par la poursuite de ta révélation qui ne se réalise pas en rupture avec l’Ancien Testament, en rupture avec les prophètes, avec tous et celles qui ont jadis préparé les cœurs : Moise et Élie. Je suis étonné par ces manifestations, plus particulièrement de la voix du Père à travers toi : « Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoutez-le ». Il y a là une réaffirmation de ton autorité émanant de celle du Père.

Tu m’étonnes Seigneur par ta révélation sur la foi et la prière : « Tout est possible par la foi… ». Je suis étonné par cette invitation à l’abandon en la puissance de la foi, par ce mystère que personne ne peut saisir, sinon simplement s’exposer et se disposer dans une attitude favorable pour l’accueillir comme don du Père à l’humanité.

Tu m’étonnes Seigneur par la puissance de ton nom : Jésus. Ce nom qu’on blasphème tant aujourd’hui, qu’on méprise tant, qu’on rejette en divers lieux dans le monde.

Tu m’étonnes Seigneur par ton insistance sur la foi et la prière, notamment à travers la parabole du figuier sans fruits. Je suis étonné par ton invitation à une attitude d’abandon et de confiance au Père, à une attitude de foi en toute tout ce que nous lui demandons dans la prière.

Tu m’étonnes Seigneur par ta conduite, par ton lâcher-prise, par le fait que tu te laisses arrêter afin que se réalise les Écritures, pour que grandit de nouveau la foi en profusion. Je suis étonné par l’attitude de la foule devant les grands prêtres et Ponce Pilate. Quelques jours plus tôt, elle t’acclamait par des Hosanna ! Elle se réjouissait de tous les miracles que tu faisais pour elle, mais aujourd’hui elle réclame ta mise à mort, elle plonge dans l’amnésie totale, dans l’oubli de tous les biens que tu as fait pour elle et demande ta mort, la libération de Barabbas. Je suis étonné de ton silence durant tous ces évènements, durant toute cette pièce de théâtre, devant toutes ces machinations mises sur pied pour t’éliminer. Je suis étonné de ton cri sur la croix « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ».

Tu m’étonnes Seigneur par le mystère de ta résurrection qui est au-dessus de l’entendement humain. Je suis étonné du manque de foi des onze malgré ta résurrection, de leur incrédulité à ne pas croire en ta résurrection, à douter de la révélation. Je suis étonné de la confiance que tu mets tout de même en eux en les envoyant dans le monde en ton nom pour que l’humanité croie en toi, au Père et à l’Esprit-Saint qui procède du Père et de toi.

Amen.

Léandre.

1,141 total views, 0 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *